Armando Riera Martínez est le chef de la police locale de Santa Eulària des Riu. Il dirige une équipe de plus de 60 policiers qui travaillent pour garantir la tranquillité dans toute la commune. Fort d’un vaste parcours professionnel, cet homme aimable et tranquille fait l’objet de la première interview du site Web.

Comment les compétences entre la Police Locale, la Police Nationale et la Guardia Civil sont-elles réparties ?

En principe en Espagne, il y a une Loi qui assigne à chaque policier des fonctions différentes, parmi d’autres que toutes les polices ont en commun. Dans le cas de la Police Nationale, celles les plus habituelles sont la délivrance de pièces d’identité et passeport, le contrôle d’entrée et sortie en Espagne des étrangers et Espagnols, l’investigation de délits, le contrôle du jeu et des entreprises de sécurité et la collaboration avec d’autres polices étrangères. Elle se trouve généralement dans les capitales de province ou dans des villes importantes. La Guardia Civil  a pour objectif principal le contrôle des armes et des explosifs, le contrôle de la circulation sur les voies interurbaines, la conservation de la nature… en dernier lieu, la Police Locale ou Municipale, comme elle est appelée dans votre ville, à pour fonctions principales le contrôle et la surveillance de la commune, la réalisation de procès-verbaux de circulation dans les zones urbaines, la collaboration pour la résolution de conflits privés entre voisins, le contrôle et la dénonciation d’infractions des ordonnances municipales, la surveillance en générale et la collaboration avec le reste des polices.

Pendant la saison touristique, nous disposons également à Santa Eulària des Riu, du soutien d’agents de police italiens et allemands aux commandes de la Guardia Civil.

Comme cela est un peu complexe, le conseil que je peux donner aux résidents qui ont besoin de l’intervention de la police, des pompiers, des ambulances ou de tout autre service d’urgence est d’appeler le 112. Ce service dirigera le citoyen vers le service le plus adéquat en fonction de ses besoins et garantira la coordination entre eux.

Quels sont les principaux délits observés à Santa Eulària des Riu ?

En général, nous pouvons dire que notre commune est tranquille. D’un côté, parce que les autorités municipales ont pris les mesures adéquates au fil des années pour avoir un tourisme de qualité. D’un autre côté, parce que la Police Locale fait son travail en respectant les personnes, mais avec rigueur dans ses interventions. Finalement, et un point très important, parce que ses habitants ont souhaité maintenir et contribuer à une commune tranquille. Si vous me demandez, néanmoins, les difficultés les plus fréquentes auxquelles nous somment confrontées, je dirais que pour ce qui est des questions de circulation, c’est l’abus d’alcool, surtout les week-ends, la faute de validité des permis de conduire et des cartes grises des véhicules (tout particulièrement avec les résidents extracommunautaires). Nous réalisons également des interventions en relation avec la violence de genre au sein du couple. En ce qui concerne l’accomplissement des ordonnances municipales, les actions les plus habituelles sont relatives aux animaux de compagnie, aux occupations de la voie publique et à la cohabitation.

Le multilinguisme à Santa Eulària des Riu est-il un problème pour la Police Locale ?

De moins en moins, car nous avons du personnel plus préparé et en outre, il y a le service d’urgences du 112,  qui dispose de traducteurs dans les langues les plus courantes. Avec la mondialisation et en ayant des visiteurs de nombreux pays différents, nous nous trouvons parfois face à des gens qui parlent des langues qui ne sont pas habituelles ici et nous devons avoir recours à des voisins de la même nationalité qui vivent depuis longtemps en Espagne et qui parlent les deux langues. En cas de détention d’une personne, les tribunaux disposent de traducteurs. Ceci dit, je pense que d’ici quelques années, les applications numériques de haut rendement résoudront le problème linguistique que nous avons à gérer.

L’île d’Ibiza est un endroit où l’on enregistre un taux élevé d’immigration/émigration. Comment cela affecte-t-il le travail de la Police Locale ?

Ces mouvements de population sont d’une grande richesse pour une commune comme Santa Eulària des Riu, qui fait partie du « pack leader » de villes en Espagne avec le taux le plus élevé de résidents non nationaux. Dans la vie de tous les jours, cela ne pose pas de grands problèmes. Néanmoins, il est certain qu’avec le mélange et la cohabitation de différentes cultures, qui n’ont pas les mêmes valeurs que nous ni les mêmes coutumes, il y a parfois des problèmes de cohabitation, de traitement au sein du couple et avec les enfants, et d’interprétation des normes. D’un autre côté, nous traitons le problème de l’abandon d’animaux de compagnie, un problème réel et qui parfois ne peut pas se résoudre aussi rapidement qu’on le souhaiterait parce que l’euthanasie des animaux sains est interdite en Espagne, et cela fait qu’il y a un nombre considérable d’animaux abandonnés à gérer, très souvent parce que leurs propriétaires quittent l’île en les laissant ici. Heureusement, les résidents, en général, sont très engagés envers le bien-être animal et nous aident à améliorer ce problème. D’autre part, il y a le sujet des voitures abandonnées ; des résidents européens partent de l’île et laissent ici leurs véhicules, ils sont très souvent en bon état, mais peuvent être traités comme des véhicules abandonnés et finalement décontaminés (envoyés à la casse). Le fait qu’ils aient une immatriculation étrangère complique notre travail pour localiser le propriétaire et résoudre le problème.